Laurent Ardoint, scénariste et réalisateur

PRESSE & MEDIAS

« LUNE DE MIEL DANS L'OUEST »

The Utah Review
Un site américain présentant le Utah Arts Festival 2017
www.theutahreview.com/backstage-utah-arts-festival-2017-memory-malleable-construct-fear-no-film-screenings
Traduction : « Dans Lune de miel dans l’ouest, l’approche ludique des faux souvenirs et l’interprétation étrange causée par l’appropriation culturelle raviront le public. C’est la seconde participation pour les réalisateurs, qui remportèrent une Mention du Jury en 2015 pour Amour et Commando, une délirante comédie musicale. »

Le Bien Public
Article du Bien Public à propos du tournage
14/09/2016 - Lune de Miel dans l'Ouest
Complément en photos sur le site du Bien Public
www.bienpublic.com/edition-haute-cote-d-or/2016/08/30/villaines-les-prevotes-tournage-d-un-western-au-poney-club-du-moulin

« QUI A TUE CENDRILLON ? »

Le Bien Public
Article du Bien Public à propos de la sortie du film en DVD
06/02/2016 - Qui a tué Cendrillon ?
www.bienpublic.com

Radio RVE
Interview de Laurent et Stéphane à l’occasion de la sortie du DVD dans l’émission de cinéma de RVE

www.radiorve.com

Jeune Cinéma
Critique de Lucien Logette directeur de publication de la revue Jeune Cinéma
www.jeunecinema.fr
« Bon, il y a des défauts dans Qui a tué Cendrillon ?, ou plutôt que des défauts, des faiblesses, qui tiennent avant tout au manque de moyens - avec 20 000 euros, il me semble difficile de faire mieux -, des moyens qui ne correspondent pas à l’ambition du scénario : évoquer de façon crédible une star et l’impact médiatique de ses tourments nécessite une dimension financière plus large. Certes, on ne demande pas de la véracité, puisque l’on est dans le parodique mais il y a des moments où le manque de figuration se fait un peu sentir.
Mais les personnages sont bien dessinés, journaliste, commissaire et Cendrillon - seul le réalisateur me semble trop caricatural. En revanche, l’interprétation des quatre va tout à fait dans le ton recherché, avec une prime pour Stéphane Duprat. Mais les seconds rôles (Caroline Marti ou Henri-Paul Korchia, par exemple) sont bien tenus.
Certains séquences sont vraiment drôles - le casting, entre autres et les tournages. D’autres souffrent un peu de l’aspect bricolé, forcément. Mais l’ensemble demeure positif. »

Metzkaline
Critique de Marc Hoffmann rédacteur en chef de Metzkaline
fr.calameo.com/read/004231981286534c44cf3
« Voici un film dynamique, compensant habilement son manque de moyen par plusieurs partis-pris formels malins : alternance des ambiances (found footage, JT, reportage…) et le passage d’une caméra à une autre… mais la force du film est ailleurs, elle est dans son scénario. Si l’intrigue est connue, classique même (une starlette capricieuse est tuée, et commence une enquête sous forme de reportage), si les situations sont déjà vues tout comme leurs cadres, les dialogues sont assez piquants et surtout, le tout est filmé avec une grande simplicité. Certes, le spectateur pourra pointer telle ou telle vanne plus faible que les autres, quelques inégalités techniques, mais il ne s’ennuiera pas. Vivement le prochain ! »

Mild Concern
Critique sur un site anglais suite à la présentation au No Gloss Film Festival à Leeds (Royaume-Uni)
mildconcern.com/tag/qui-a-tue-cendrillon
Traduction : « Qui a tué Cendrillon? est, étonnamment, une comédie. Elle démarre par un bulletin de nouvelles nous annonçant la mort de l’actrice Coralie Bonnet, plus connue en France pour son rôle dans Cendrillon, puis nous entraine dans les moments clés de sa vie en particulier le programme de télé réalité où elle remporta le rôle. Sa vie nous est racontée dans un style documentaire d’enquête criminelle sur sa mort et tentant de résoudre son meurtre. Malgré le titre dramatique, le film est léger et très drôle. Il réussit même à vous surprendre avec une suite de twists inattendus avant que nous découvrions qui a tué Cendrillon. »

« AMOUR ET COMMANDO »

Something Saturdays
Un site canadien qui présente la sélection du Nickel Film Festival
www.somethingsaturdays.com/the-blog/nickel-film-festival-saturday
Traduction : « Un de nos favoris de la soirée est une comédie musicale française, située pendant la deuxième guerre mondiale, Amour et Commando. C'est délirant et il était parfois impossible de se retenir de rire. »

SLUG Magazine
Un site américain présentant le Utah Arts Festival 2015
www.slugmag.com/movie-reviews/utah-arts-festival-fear-no-film-2015-short-film
Traduction : « Prenant place en 1944 durant la seconde guerre mondiale et ayant la plupart de ses dialogues chantées, Amour et Commando est un court métrage comique et burlesque. Le personnage principal est blessé et envoyé à l'hôpital, où il tombe amoureux d'une infirmière. Les deux passent des bons moments jusqu'au moment où l'homme est envoyé en mission. Mais avant de pouvoir faire ses adieux à l'infirmière, elle est kidnappée. La sauvera-t-il? Chanteront-ils en dansant dans le coucher de soleil ? Si vous aimez l'humour burlesque et extrêmement français, Amour et Commando est pour vous. »

Filmtekers
Un site hongrois à propos du festival Busho
www.filmtekercs.hu/fesztival/busho-2015-igeretes-kezdetek-1-nap
Je n'ai pas la traduction littérale car je ne maitrise pas totalement le hongrois, mais en gros il dit qu'il a beaucoup aimé ce genre d'humour. La guerre et l'amour sont des sujets sérieux dans la vie mais l'utilisation de la comédie musicale montre ici que cela peut être très drôle. Il a apprécié chaque minute avec un grand sourire sur son visage du début jusqu'à la fin.

Weekend Notes
Un site australien présentant le Over The Fence Comedy Festival
www.weekendnotes.com/over-the-fence-comedy-film-festival
Traduction : « Amour et Commando (France) écrit et dirigé par Laurent Ardoint et Stéphane Duprat, qui joue le rôle principal aux côtés de Diane Montcharmont, qui j’en suis certain va aller loin ! C’est un sommet du festival. Une histoire d’amour en comédie musicale, située en 1944 pendant la seconde guerre mondiale. Elle s’intéresse à Steve et l’amour de sa vie, Nathalie, dans leur combat contre le sort, à travers les balles, le sang, la sueur, et des faux membres coupés comiques afin d’essayer d’obtenir la vie heureuse qu’ils méritent. »

« UNE BONNE AFFAIRE »

Deux articles suite au Prix du Public reçu au festival Cinem’Action à Lure.

Affiches de la Haute Saône 16/10/2015 Est Républicain 13/10/2015

« ONE MAN SHOW »

Un petit souvenir de l’époque où Stéphane faisait du One Man Show avec cette critique extraite de l’excellent et regretté magazine Zurban.

Stéphane Duprat au Petit Gymnase - Après le bip... Stéphane Duprat Zurban

Remonter Remonter Laurent Ardoint, scénariste et réalisateur